Une colère noire

LETTRE à MON FILS

Ta-Nehisi Coates

Editions AUTREMENT, 2016

Voilà ce que je voudrais que tu saches. En Amérique, la destruction du corps noir est une tradition, un héritage.

- Ta-Nehisi Coates, "Une colère noire" -

PARTAGER

POURQUOI CE LIVRE ?

Parce que la polémique entourant les Oscars a été la goutte d'eau de trop: avec zéro acteur ou actrice noir nominé pour la deuxième année consécutive, l'Académie a blessé toute la communauté afro-américaine. Dans un pays hanté par les multiples meurtres de jeunes citoyens noirs par la police américaine, la chose n'est pas passée. La présidence d'Obama n'aurait donc rien changé à la question du racisme ? Dans cette lettre adressée à son fils, l'écrivain américain Ta-Nehisi Coates adresse un message plein de colère, de révolte, mais aussi d'espoir. Un travail couronné par le très prestigieux National Book Award.

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

« N'oublie jamais que nous avons été esclaves dans ce pays plus longtemps que nous n'avons été libres. N'oublie jamais que pendant deux cent cinquante ans les personnes noires naissaient enchaînées : des générations entières, suivies par d'autres générations, n'ont rien connu d'autre que les chaînes. »

Ta-Nehisi Coates pose une question brutale: l'esclavage a-t-il vraiment pris fin aux Etats-Unis? Ne se serait-il pas plutôt transformé en une forme plus subtile d'exclusion?

« Les Américains croient en la réalité de la « race » en tant que caractéristique définie et incontestable du monde naturel. Le racisme [...] découle inévitablement de ce postulat immuable. »

C'est là probablement le plus grand chantier : cesser de nommer les gens en fonction de leur couleur de peau; arrêter de considérer les personnes de couleur comme des minorités.

« Le problème, avec la police, n'est pas qu'elle est constituée de porcs fascistes, mais que notre pays est dirigé par des porcs majoritaires. »

Sanctionner les policiers responsables d'abus est un préalable indispensable. Mais au-delà, c'est à une politique généralement répressive, discriminatoire et injuste qu'il faut s'attaquer.

« Toute ma vie, j'avais entendu des gens dire à leurs filles et leurs­ garçons noirs d'être "deux fois meilleurs", ce qui ­revient à dire "accepte d'avoir deux fois moins". »

Cette responsabilité de devoir faire ses preuves parce qu'on est né noir, c'est la première des injustices selon l'auteur.

« Ceci est ton pays, ton monde, ton corps, et tu dois trouver une manière, quelle qu'elle soit, d'y vivre, de vivre avec. »

A son fils de 15 ans, Ta-Nehisi Coates ne veut pas mentir sur la réalité de la condition des noirs aux Etats-Unis. L'honnêteté et la justesse de son propos font force.

VOUS VOULEZ LIRE CE LIVRE DE A À Z ?

ACHETER CE LIVRE EN LIGNE
auprès d'un libraire indépendant

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ EN éCOUTANT LE DERNIER ALBUM DE KANYE WEST par Olivier

Diplômé de droit, spécialisé en propriété littéraire et artistique, Olivier a travaillé plusieurs années dans le domaine de l'audiovisuel avant de devenir rédacteur pour différentes publications et sites internet. Globe-trotter et touche à tout, il dévore (et dissèque) pour 2MINBOOKS les derniers ouvrages relatifs à l'innovation.

ÉVALUEZ CE 2MIN’:

Note des autres lecteurs : 5 / 5