En l'absence des hommes

Philippe Besson

Editions 10-18

C'est seulement de savoir que tu penseras à moi qui me donnera la volonté de continuer à être vivant. Je dis : je peux répondre avec des mots à ta requête, te dire : oui, bien sûr, je penserai à toi, mais j'ai déjà répondu avec des gestes

- Philippe Besson, "En l'absence des hommes" -

PARTAGER

POURQUOI CE LIVRE ?

Pour l'histoire d'amour entre le héros et le soldat, d'abord par la découverte des sens puis par échanges de lettres. Pour l'amitié franche entre le héros et Marcel Proust. Pour le parallèle de ces deux relations dans lesquelles la passion est omniprésente. Pour l'importance et la place vitale de l'écriture

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

« Tu es entré dans ma vie, tu y occupes la première place, tu as opéré ce changement spectaculaire, cette merveilleuse dévastation, rien ne sera plus pareil, rien n'est déjà plus pareil.  »

Parce qu'on rêve tous de connaître ce genre d'histoires. Qu'il me semble qu'on ait tous au moins une fois dans sa vie vécu ce cataclysme.

« C'est seulement de savoir que tu penseras à moi qui me donnera la volonté de continuer à être vivant. Je dis : je peux répondre avec des mots à ta requête, te dire : oui, bien sûr, je penserai à toi, mais j'ai déjà répondu avec des gestes, avec des actes. »

Car l'essentiel se voit par les actes et que les mots sont éphémères.

« Je sais que ce silence est là, entre nous et je devine que, dans cet interminable silence, c'est autre chose qui se joue. C'est notre relation qui se met à exister, à prendre forme. C'est un lien qui s'invente. Et ce silence devient une intimité, un aveu. C'est, d'évidence, un merveilleux silence.  »

Car tous les silences ne sont pas nocifs ou synonymes de mauvaises nouvelles. Il y a des silences réparateurs et nécessaires.

« C'est précisément parce que l'autre se dérobe qu'on l'aime davantage. C'est l'obstacle qui nourrit la passion, qui la cristallise. C'est la difficulté. C'est cette nécessité permanente de séduire, de convaincre, de garder près de soi, d'empêcher de partir qui est l'aliment de l'amour.  »

L'amour est aussi un combat, peut-être perdu d'avance...

« Écrire exige un engagement exclusif. On ne peut rien faire d'autre que cela : écrire. On ne doit être distrait par rien. On doit se consacrer entièrement au livre, lui sacrifier tout le reste. C'est un sacerdoce, une entrée en religion. »

Quand écrire rappelle l'engagement fidèle à un choix personnel

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ AVEC PASSION ET SANS HOMMES par EleaR

La lecture et l'écriture sont deux arts qui font vibrer mon quotidien. C'est avec tendresse, poésie et curiosité avide que je prends plaisir à me plonger dans les livres

ÉVALUEZ CE 2MIN’: