Tristes Tropiques

Claude Lévi-Strauss

Editions Plon, 1962

Ce que d'abord vous nous montrez, voyages, c'est notre ordure lancée au visage de l'humanité.

- Claude Lévi-Strauss, "Tristes Tropiques" -

PARTAGER

POURQUOI CE LIVRE ?

Parce que c'est un grand classique dont on parle souvent mais qui est très peu lu. Et parce que ce livre est extrêment riche, et qu'il n'a pas pris une ride. En parlant aussi bien du voyage que de l'islam, tout en réalisant sa propre introspection sur son métier d'ethnographe - évoquant sa vacuité - Lévi-Strauss prouve qu'il était de ces grands intellectuels du XXe au savoir large et éclairant. Ce livre est avant tout un livre sur le voyage contemporain : relations aux peuples d'ailleurs, mondialisation et uniformité des cultures. Et à l'heure de la COP21 où les peuples viennent débattre du sort qui sera fait à leurs écosystèmes, on ne peut s'empêcher d'y voir une résonnance...

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

« Il y eut un temps où le voyage confrontait le voyageur à des civilisations radicalement différentes de la sienne et qui s'imposaient d'abord par leur étrangeté. [...] Que ce soit dans l'Inde ou en Amérique, le voyageur moderne est [aujourd'hui] moins surpris qu'il ne reconnaît. »

Réflexion d'une extrême contemporanéité, encore plus vraie aujourd'hui qu'elle ne l'était il y a 60 ans. Il développe ensuite cette pensée, l'affinant, anticipant ce que le voyage est devenu...

« Un esprit malicieux a défini l'Amérique comme un pays qui a passé de la barbarie à la décadence sans connaître la civilisation. On pourrait, avec plus de justesse, appliquer la formule aux villes du Nouveau Monde : elles vont de la fraîcheur à la décrépitude sans s'arrêter à l'ancienneté. »

Voilà selon Lévi-Strauss une clé pour comprendre l'Amérique. Pour comprendre son développemetn et tenter d'en saisir l'évolution actuelle.

« Si mon hypothèse est exacte, il faut admettre que la fonction primaire de la communication écrite est de faciliter l'asservissement. »

Voilà la conclusion d'un long développement sur l'invention et le rôle de l'écriture. Lévi-Strauss cite l'exemple d'un chef Nambikwara qui prétend savoir écrire pour renforcer sa position auprès de sa tribu.

« Si l'écriture n'a pas suffi à consolider les connaissances, elle était peut-être indispensable pour affermir les dominations. [...] Car il faut que tous sachent lire pour que ce dernier puisse dire : nul n'est censé ignorer la loi. »

Mise en perspective et continuité de sa réflexion précédente sur l'un des rôles insidieux de l'instruction publique, et sur les liens entre le pouvoir et la maîtrise de l'écriture.

« Le monde a commencé sans l'homme et il s'achèvera sans lui. Les institutions, les murs et les coutumes, que j'aurai passé ma vie à inventorier et à comprendre, sont une efflorescence passagère d'une création par rapport à laquelle elles ne possèdent aucun sens [...] »

C'est l'une des dernières phrases du livre, concluant sur la vanité de nos constructions humaines. Déprimant? ou alors au contraire un appel à la légèreté et à l'insouciance?   

VOUS VOULEZ LIRE CE LIVRE DE A À Z ?

ACHETER CE LIVRE EN LIGNE
auprès d'un libraire indépendant

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ AVEC PASSION par Robin

Etudiant en architecture à Marseille, passionné d'histoire, de littérature et de rock, Robin est le fondateur du magazine Kaktüm, qu'il a lancé avec une bande de potes. Il se plonge dans les grands classiques pour en comprendre l'importance et l'impact.

ÉVALUEZ CE 2MIN’:

Note des autres lecteurs : 4 / 5