Le Monde Est Clos et le Desir Infini

Daniel Cohen

Editions ALBIN MICHEL, 2015

La croissance économique est la religion du monde moderne. Elle est l'élixir qui apaise les conflits, la promesse du progrès indéfini. Elle offre une solution au drame de la vie humaine qui est de vouloir ce qu'on n'a pas.

- Daniel Cohen, "Le Monde Est Clos et le Desir Infini" -

PARTAGER

POURQUOI CE LIVRE ?

Parce que ce dernier essai de Daniel Cohen s'en prend encore violemment à la croissance. Celui qui est directeur du département d’économie de l’Ecole normale supérieure décortique le modèle économique de nos sociétés pour y dénoncer l'obsession des chiffres et comparer nos politiques à des sorciers qui lèvent les mains au ciel pour faire venir la pluie...Cohen pose in fine la question du devenir du monde quand la croissance disparaîtra : pourra-t-on trouver d'autres satisfactions? Pourra-t-on vivre au dessus de nos moyens? "Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste", avait dit Kenneth E. Boulding. Nos dirigeants sont-ils donc des fous conseillés par des économistes qui le sont autant ? A vous de voir...

 

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

« La tension nerveuse des humains est poussée à des niveaux inédits pour échapper à cette marée montante [de la technologie], comme si toute activité qui tend à se répéter était par avance condamnée à être remplacée par un logiciel. »

L'homme moderne vit-il ainsi au-dessus de ses moyens psychiques ? Les machines vont-elles nous remplacer pour faire face à cette surchauffe? 

« Internet offre des services qui ne nous coûtent rien, ce qui est bien pour le pouvoir d'achat. La mauvaise nouvelle est qu'il ne génère pas d'emploi. Google, Facebook ou Twitter embauchent à elles trois fois moins que n'importe quelle firme automobile aujourd'hui encore ! »

Tout se passe donc comme si un petit nombre de gens très aisés travaillaient à rendre gratuits des biens consommés par des moins aisés...et qui le sont moins encore car ils n'ont plus de job.

« Le langage n'est nullement un moyen « neutre », « objectif » de désigner les choses. Il produit un monde propre en mettant des mots sur des idées qui n'existeraient pas sans lui. Ainsi en va-t-il de la monnaie. Elle invente le langage de la richesse. »

Et vous, vous savez parler le langage "monnaie"? Non? Il vous suffit de revoir le Loup de Wall Street ! ;)

« Les biens rares, désirables, sont ceux que le progrès technique ne peut pas offrir : les relations sociales, les appartements les mieux placés, les meilleures écoles pour les enfants, des lieux de villégiature agréables. »

Créer une société qui garde confiance en elle-même est devenu plus compliqué aujourd'hui : on ne peut plus se contenter de promettre à chacun un frigo et une télé...

« Pour rendre [les] désirs humains compatibles avec la préservation de la planète, une nouvelle transition est devenue impérative, semblable à celle que la transition démographique avait permis d'accomplir : le passage de la quantité à la qualité. »

Et hop, Cohen rejoint Hulot. Ca tombe bien, on prépare le 2MIN du bouquin de ce dernier pour la semaine prochaine...

VOUS VOULEZ LIRE CE LIVRE DE A À Z ?

ACHETER CE LIVRE EN LIGNE
auprès d'un libraire indépendant

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ CLéMENT PêTRèS par Clément

Clément Pêtrès est enseignant-chercheur en intelligence artificielle à l'université Pierre et Marie Curie à Paris. Il a notamment réalisé le premier prototype de voilier autonome en 2012.

ÉVALUEZ CE 2MIN’:

Note des autres lecteurs : 4 / 5