L'Elégance de la clé de douze : Enquête sur ces intellectuels devenus artisans

Laurence Decréau

Editions Lemieux Editeur, 2015

Les cols blancs ne pourront indéfiniment remuer du vide avec leurs bras sans mains, ni les cols bleus dissimuler éternellement leurs doigts d'or aux ongles noircis dans la honte de leurs ateliers. L'avenir est aux cols bleus ciel.

- Laurence Decréau, "L'Elégance de la clé de douze : Enquête sur ces intellectuels devenus artisans" -

PARTAGER

POURQUOI CE LIVRE ?

Parce que nous connaissons tous au moins un cadre fatigué du boulot qui dit vouloir tout plaquer pour ouvrir une boulangerie, devenir ébéniste ou réparateur de motos. Phénomène sociologique il paraît. Ça tombe bien, le livre de Laurence Decréau se penche sur le profil de 5 intellos qui ont fait le saut et qui sont devenus plombiers, vitrier ou mécano. Un livre qui casse les idées reçues sur ces changements de trajectoire - le "Grand Dérangement" - et permet de se réconcilier avec le métier de ceux qui ont "les ongles noircis". Voire vous aider à devenir artisan vous aussi...

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

« Professionnels mais sans métier, rivés à leurs écrans, à leurs budgets, à leurs comptes d'exploitation, à leurs notes de service, à leurs coupes de champagne, je les plains. »

Ça vous fait penser à quelqu'un ?

« En accédant aux cimes du pouvoir, Olivier découvre peu à peu la maladie qui sévit sournoisement là-haut, favorisée par l'altitude : l'incompétence, avec ses corollaires ; décisions ubuesques et souffrance au travail. »

On vous prépare justement un 2MIN sur un livre qui parle de l'incompétence. Trop drôle, vous verrez.

« Disposant des mots justes pour nommer un savoir qui s'était gravé en eux, ces hommes et ces femmes ignoraient la langue de bois. Quel besoin d'esbroufe lexicale quand votre unique ambition est de bien nommer ce qui est?  »

L'auteure du livre - agrégée de lettres - aime insister sur l'importance du "logos". Et dit combien le langage est, selon elle, révélateur de la substance d'un métier. Consultants vs artisans...

« L'artisanat, pour eux, [était] juste un moyen de rendre à leurs métiers lyophilisés par le tertiaire la substance dont il manquait. Elle était là, leur révolution. Dans la conscience qu'il n'est pas de pensée qui vaille sans des pieds ou des mains plantés dans le réel pour mieux le transformer. »

La révolution qui se prépare dans le monde du travail, serait-elle une révolution de "substance" ?

« Pourquoi ce mépris de nos élites pour la matière ? [...] "Manuel-intellectuel", "matheux-littéraire"...Plaquant sur l'infinie variété des dons la stricte hiérarchie d'une taxinomie binaire, [...] la tyrannie des cases contraint chacun à se mutiler pour entrer dans une cellule de la pyramide. »

Vous connaissez un ministre-ébéniste? Un grand patron - mécano? Un banquier-fleuriste? Si oui, écrivez-nous !

VOUS VOULEZ LIRE CE LIVRE DE A À Z ?

ACHETER CE LIVRE EN LIGNE
auprès d'un libraire indépendant

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ AVEC LE GOûT DU LABEUR par Laurent

Résidant à Montreal et travaillant dans le domaine de la stratégie des affaires, Laurent a toujours été curieux de la culture nord-américaine. Il partage donc ses lectures d'outre-atlantique sur 2MINBOOKS en lien avec le « life coaching » et l'innovation.

ÉVALUEZ CE 2MIN’:

Note des autres lecteurs : 4 / 5