La paresse

Joseph Kessel

Editions Les éditions du Sonneur, 2013

Il faut être paresseux résolument, sans pudeur ni regret, être paresseux comme d'autres sont opiomanes ou énergiques, il faut avoir la foi. [...] Si l'on hésite, si l'on pactise - tout est perdu.

- Joseph Kessel, "La paresse" -

PARTAGER

POURQUOI CE LIVRE ?

Parce que quoi de mieux qu'une théorie de la paresse pour mettre toutes les chances de son côté pendant les vacances ? Une théorie pratique, nourrie d'exemples, et qui vous permettra de répondre à vos amis qui vous taxent de glandeur que vous êtes au contraire un être des plus raffinés - "Laisse, Joseph Kessel me comprendrait, lui". Car Kessel voit dans la paresse une vertu oubliée, destinée uniquement au plus raffinés d'entre nous. Et une vertu qui se bosse. Alors au boulot.

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

« La paresse est une maîtresse exigeante. En retour de la béatitude qu'elle dispense elle réclame l'abandon complet. Rien ne doit corrompre son intégrité.  »

Si vous imaginez paresser à demi, vous vous plantez. Paressez à 100% ou ne paressez pas du tout ! C'est une affaire sérieuse !

« Mère de tous les vices ! On osa la baptiser ainsi. Encore faudrait-il établir que ce surnom est un blâme et non le plus magnifique éloge. [...] Comment ne pas reconnaître dans la paresse la mère gigogne de toutes les vertus : de l'abstinence, du désintéressement, de la réflexion, de l'humilité?  »

Vous êtes un glandeur? Non : vous êtes un être vertueux. Pas pareil.

« Déjà, sur le bateau, nous avions fait quelques provisions de nonchalance. [...] Point de lendemain, point de passé. La minute présente compte seule et elle est toute de mollesse. Les vagues expriment sans fin leur berceuse. Les conversations se font plus lentes.  »

Avis à tous ceux qui auront la chance de monter sur un bateau cet été...

« Du moins connûmes-nous à peu près la vie américaine. Triste vie ! Pauvres gens ! Ah, ceux-là ne connaissent point la honteuse paresse. Quelle effroyable, quelle horrible énergie ! Il semble que chaque homme, chaque femme ait dans le corps un moteur dont il faut, coûte que coûte, épuiser les chevaux. »

Vous avez un ami qui court dans tous les sens? Le pauvre. Apprenez lui le bonheur de la paresse. C'est une question d'altruisme.

« On ne devient point paresseux. On naît avec la grâce. Il y faut du don, du talent. Et d'abord ne pas offrir de prise à l'ennui. Pouvoir demeurer étendu des heures sans que la satiété ne vous effleure. [...] Par l'immobilité, vaincre l'éphémère, les contingences, le désir toujours inefficace. »

Et vous, étiez-vous paresseux dès le berceau?

VOUS VOULEZ LIRE CE LIVRE DE A À Z ?

ACHETER CE LIVRE EN LIGNE
auprès d'un libraire indépendant

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ AVEC LENTEUR par Alexis

Alexis est co-fondateur de Soon Soon Soon. Il anime également les cours « Comment booster sa créativité » à la School of Life de Paris, et il est l'auteur du livre « Créez le job de vos rêves et la vie qui va avec ». Passionné de sciences de l'exploration, il partage ici ses lectures sur la créativité, l'innovation et l'exploration de soi.

ÉVALUEZ CE 2MIN’:

Note des autres lecteurs : 4 / 5