L'âge du faire

HACKING, TRAVAIL, ANARCHIE

Michel Lallement

Editions Seuil, 2015

Les membres des hackerspaces font du travail une fin en elle-même, sans que quiconque n'impose d'objectifs...juste l'envie de faire pour soi

- Michel Lallement, "L'âge du faire" -

PARTAGER

POURQUOI CE LIVRE ?

La philosophie du "faire" n'est plus une lubie de jeunes gens. Bien au contraire si on en croit l'enquête du sociologue Michel Lallement, professeur au CNAM à Paris. Tout le monde s'y met. Dans cet essai qui l'a conduit jusqu'à San Francisco, il recense des nouvelles formes de travail et espaces de travail où hackers, makers et Do It Yourself cohabitent parfaitement. Préparez-vous à tout "faire" par vous-même dès demain...

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

« Un hacker est à l'origine, une personne qui fabrique un bien à l'aide d'une hâche »

Le Hacker a une éthique, il ne travaille, que pour le plaisir, le fun. Il est obsessionnel et surtout sait programmer. Un moyen d'aborder le travail autrement et efficacement.

« "We do things, we make stuffs" : "On fait des choses, on fabrique des trucs" »

C'est ainsi que se présente les hackers de Noisebridge à San Francisco interrogés par Michel Lallement. Les Hackers, les futurs créa de chez Apple ?

« Nous sommes entrés dans un 3ème âge des utopies. La chute du mur de Berlin nous y a certainement précipités en même temps qu'Internet a aiguisé l'imagination de tous ceux qui ont pu voir dans le Cyberespace de nouveaux territoires à conquérir »

C'est définitivement l'ère du Making, du Hacking et de la Do-Ocratie. Toutes les conditions sont présentes pour que le bidouillage devienne un art de vivre.

« Pendant longtemps les hackers ont eu mauvaise presse. Emportés par leur passion du travail : ils vivaient à part et multipliaient les symptômes pathologiques comme le langage étrange. (...) il n'en est plus de même aujourd'hui, Ils ont réussi à donner vie à un modèle de pratiques alternatives »

Il est vrai que les hackers ne privilégient pas la perfection et encore moins le respect des normes. L'important c'est la bidouille. Mais cela a globalement inspiré l'éthique des Makers !

« Une pratique productive qui trouve en elle-même sa propre fin. »

Telle est la définition du Faire selon Lallement : le « faire », dont les hackers sont les fiers porteurs, réinvente une façon de produire, de travailler, de vivre ensemble.

VOUS VOULEZ LIRE CE LIVRE DE A À Z ?

ACHETER CE LIVRE EN LIGNE
auprès d'un libraire indépendant

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ à LA MANO par Marion

Passionnée par les arts et l'anthropologie, Marion est diplômée en histoire culturelle & conseil éditorial (département philosophie, Paris IV). Nostalgique de son enfance et des soirées passées à écouter une histoire autour du feu, elle poursuit cette tradition de conteur en partageant le meilleur des ouvrages qui l'ont marquée.

ÉVALUEZ CE 2MIN’:

Note des autres lecteurs : 3 / 5