Malaise dans l'inculture

Philippe Val

Editions Grasset, 2015

Le prêt-à-s'indigner médiatique, c'est la trop mince couche de glace sur laquelle titubent nos démocraties modernes. Il alerte sur la disparition des escargots, mais reste indifférent à la résurgence de l'antisémitisme.

- Philippe Val, "Malaise dans l'inculture" -

PARTAGER

POURQUOI CE LIVRE ?

Parce qu'après avoir lu le livre, on se demande bien pourquoi tout le monde lui tombe dessus à Philippe Val... Et puis aussi parce qu'avec un parcours qui l'a mené des caves des chansonniers engagés aux tables des grands de ce monde, en passant par la direction de Charlie Hebdo ou de celle de France Inter, on avait un peu du mal à le situer... Libertaire? Réac? Libéral? De gauche? Il revendique tout à la fois. Dans ce livre, il clarifie son positionnement idéologique et tire le portrait d'un pays prisonnier selon lui d'un héritage trop lourd, prisonnier du « sociologisme » que le politiquement correct et la bienpensance interdiraient de contester. Un livre anti-prêtàpenser.

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

« Curieusement, en France [...], c'est Rousseau qui incarne les Lumières. Or il s'oppose frontalement aux plus grands penseurs de son temps, notamment à Voltaire et à Diderot. (...). Rousseau est vraiment l'ancêtre du sociologisme ? « c'est la faute à la société » est la réponse à toutes les questions. »

Sa haine de la sociologie (et de la pensée Rousseauiste), Val en fait le fil conducteur de l'ouvrage: cet héritage idéologique aurait mené à une pensée totalitaire molle qui excuse tout et déresponsabilise l'individu.

« Il faut se méfier de tous les discours politiques qui expliquent que si l'on est insatisfait de notre vie, c'est la faute à... Arrivé à ce point de la phrase, on peut ajouter n'importe quoi : la mondialisation, l'Europe, l'industrie chimique, les couches-culottes, les Juifs. »

La traque du bouc-émissaire, c'est le piège tendu à nos sociétés modernes.

« La France n'échappe pas à la brutale contradiction entre le mythe officiel et le mythe secret. Le mythe officiel c'est la France, pays de Voltaire et des Droits de l'homme. Le mythe secret, c'est la France, pays de Rousseau, penseur d'une société primitive idéale, régie par une conception totalitaire de l'égalité. »

A l'absolu égalitaire, Val préfère une pensée progressiste, qui défend avant tout les libertés individuelles et la démocratie représentative.

« L'ennemi n'est plus la pauvreté, la misère, l'ignorance, il ne s'agit plus de guérir la société de prétendues maladies [...]: heureux les pauvres et les ignorants. Non! L'ennemi, c'est le luxe, le savoir et la richesse. Parvenir à faire croire aux « masses » qu'elles détestent ce qu'elles voudraient légitimement posséder, voilà l'héritage rousseauiste de la gauche sociologique. »

Pour Val, on se trompe de combat. Il n'y a rien de blamable à vouloir être riche. Lui qui s'affirme de gauche, refuse d'avoir honte d'aimer l'argent. La gauche caviar (et Booba) apprécieront.

« Jusque avant l'avènement de l'ère sociologique, la culture s'adressait à l'être humain. Grâce à la sociologie, elle est désormais sommée de s'adresser à la diversité, sous peine d'être jugée bourgeoise, raciste, élitiste, en un mot, dominante. »

Conséquence inévitable: une paralysie de la production artistique. On sacrifie la création sur l'autel de la bien-pensance. En leur temps, Mozart et Baudelaire n'avaient pas de temps à perdre avec ces préoccupations...

VOUS VOULEZ LIRE CE LIVRE DE A À Z ?

ACHETER CE LIVRE EN LIGNE
auprès d'un libraire indépendant

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ AVEC VOLTAIRE à CôTé par Olivier

Diplômé de droit, spécialisé en propriété littéraire et artistique, Olivier a travaillé plusieurs années dans le domaine de l'audiovisuel avant de devenir rédacteur pour différentes publications et sites internet. Globe-trotter et touche à tout, il dévore (et dissèque) pour 2MINBOOKS les derniers ouvrages relatifs à l'innovation.

ÉVALUEZ CE 2MIN’: