la vie magnifique de Fraank Dragon

stephane arfi

Editions Grasset

Pour vivre, me dit-elle, il ne faut pas se sauver de quelqu'un ou de quelque chose, il faut de sauver de tout.

- stephane arfi, "la vie magnifique de Fraank Dragon" -

PARTAGER

POURQUOI CE LIVRE ?

Ce magnifique premier roman de Stéphane Arfi est d'une ambition élevée. Ecrit comme un conte réaliste, il se révèle être un récit initiatique taraudé par une question lancinante : pourquoi vivre ? Quel sens donner à notre existence, surtout quand elle est traversée d'épreuves, parfois cruelles. L'histoire revient sur la France de Vichy, le Vel d'Hiv, Auschwitz, Oradour, les Juifs cachés par des Justes. Comment dire à nouveau cette histoire qui nous hante ? Pour réponse, l'auteur choisi une superbe prose narrative empreinte de poésie qu'il fait passer par le regard d'un enfant muet, Frank.

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

« Ah, le monde est un curieux endroit pour l?homme, condamné à n'entendre, ne voir et ne rien ressentir de ce que voit, entend, ressent son semblable. Ainsi sommes-nous renvoyés à notre impuissante solitude, jusqu'à ce que la destinée nous anéantisse. »

Réflexion thêatrale toute Shakespearienne en plein milieu du récit, par l'un des personnages que le le héros revoit dans un délire tandis qu'il est à l'hôpital et lutte contre une fièvre mortelle.

« Sa bouche tremblait au milieu de sa barbichette picorante qui sanglotait de larmes scintillantes. Dans ma tête, je récitais du faux charabia moelleux à Dieu-fâché pour que Tateh ne déguerpisse pas avec les Képis et le Sans-Képis. Je le regardais tellement Tateh. Il était beau.  »

Dans un langage inventif, toujours teinté d'humour et de décalage avec la réalité, le petit Frank Dragon, caché, voit son père raflé par la Police de Pétain lors de la rafle du Vel d'Hiv.

« Je ramassais mon coeur de pierre devant mes pieds et le lançais par la fenêtre, ce qui faisait tout en bas de La Petite Place un vacarme plus grand et des tas de petits vacarmes plus petits autour, avec des reflets transparents sur les côtés. »

Frank Dragon met à distance la réalité grâce à la poésie enfantine. Tout au long du livre, il changera de coeur (de pierre, de sable...) espérant trouver un coeur heureux qui bat comme un tambour.

« Et même s'il était dans le ciel, ton bon Dieu, faudrait encore qu'il écoute, cet empaffé ! Tu vas dire qu'y a la prière pour lui parler ? foutaises ! ça grimpe pas, la prière ! ça grimpe pas parce que la prière c'est ordinaire, c'est vulgaire, c'est précautionneux et c'est bourré de lourdeurs...  »

Le héros fait une rencontre incroyable avec Louis-Ferdinand Céline, qui, médecin des pauvres, soigne Frank Dragon chez lui à Meudon. Frank assiste à un monologue de Céline, terrifiant et truculent.

« Une autre information avant que tu prennes ta décision : la vie est éternelle. Oui, en réalité, la mort passe très vite et c'est la vie qui dure un temps fou. Mais, ainsi que Je l'ai voulu, les hommes ont l?impression que la vie passe à toute allure.  »

Dieu s'exprime à l'enfant mourant à l'hôpital et lui fait part de ses doutes sur la capacités des hommes à réfléchir, penser, vivre vraiment en respectant leur prochain. Vaste programme !

VOUS VOULEZ LIRE CE LIVRE DE A À Z ?

ACHETER CE LIVRE EN LIGNE
auprès d'un libraire indépendant

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ AVEC UNE GRANDE FERVEUR! par valerie

Etudiante en littérature, je ne vis que pour Nerval, Hugo et Proust.

ÉVALUEZ CE 2MIN’:

Note des autres lecteurs : 4 / 5